Les scientifiques trouvent des mécanismes cérébraux qui font cesser de fumer

Êtes-vous un fumeur qui veut arrêter de fumer ? Une étude publiée dans JAMA Psychiatry a fait quelques conclusions très importantes.

En parallèle : Habitudes du soir pour la famille : Comment mettre votre enfant à dormir

Au cours de l’enquête, les chercheurs ont découvert que la force ou la faiblesse de nos mécanismes de limitation cérébrale détermine à quel point il est facile ou difficile d’arrêter de fumer.

Un comportement automatique

Le tabagisme est un comportement automatique qui ne peut être contrôlé (et restreint) que par certains circuits cérébraux. Pour de nombreux fumeurs, ces circuits sont évités et ne fonctionnent pas correctement. Une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour a transformé l’habitude en quelque chose de répétitif et mécanisé. C’ est quelque chose que la personne doit faire parce que le cerveau y est habitué.

A lire également : 7 Moyens efficaces pour prévenir l’obésité

Et cela va bien au-delà de la dépendance à la nicotine ou d’autres substances que l’on trouve dans le tabac. Une conclusion de l’étude est que plus le taux d’oxygène sanguin dans le circuit de contrôle de restriction est faible, plus la possibilité que la personne puisse résister à la tentation de fumer.

Il existe donc d’importants facteurs neurobiologiques qui peuvent expliquer pourquoi certains fumeurs ont plus de difficulté à cesser de fumer. Sur la base de ces données, les chercheurs peuvent analyser le potentiel possible de différents traitements. Ils peuvent exposer au cas où ils sont pharmacologiques ou basés sur des changements comportementaux.

Ces thérapies peuvent renforcer la communication dans le circuit de contrôle chez les fumeurs et les aider ainsi à arrêter de fumer.

Plus d’informations sur l’étude

Au début, les spécialistes ont regardé le réseau de contrôle dans le cerveau de plusieurs fumeurs. Ils étaient dépendants de la nicotine, mais voulaient cesser de fumer avec un programme qui a duré quelques semaines. Les chercheurs ont utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF) pour surveiller l’activité cérébrale. Ceux qui voulaient arrêter de fumer exécutent simultanément des tâches de contrôle.

Les participants étaient autorisés à appuyer sur une touche de l’ordinateur chaque fois qu’un cercle rouge apparaissait à l’écran. Parfois, une couleur différente s’est avérée. Leur réponse, selon l’oxygénation élevée du sang, indique que le cerveau a utilisé plus de ressources pour arrêter la réponse automatique, c’est-à-dire lorsqu’il appuie sur le bouton avec le cercle « autre ».

Conclusions de l’étude

Après deux mois, 50 % des participants qui voulaient arrêter l’ont pu. Ceux qui n’ont pas réussi ont obtenu de bons résultats au test de contrôle que ceux qui ont réussi à cesser de fumer. Mais une conclusion de l’étude était que le comportement automatique de ce groupe était très fort et très assimilé.

Les tests confirment que les différences biologiques peuvent aider à expliquer pourquoi certains ass=”content-thumb”>

La première étape pour cesser de fumer consiste à déterminer les moments où vous êtes plus à risque de fumer. Cela pourrait être le matin, après avoir mangé ou avoir des relations sexuelles, ou lors de la conduite d’une voiture ?

Vous pouvez également demander de l’aide à votre famille, à vos amis et à vos collègues.

  • Vous devez leur dire quand vous prévoyez d’arrêter de fumer. D’ ici là, tu es censé t’être débarrassé de toutes tes cigarettes et de toutes les traces.
  • Vous devriez même nettoyer tout ce qui sent la fumée, comme les vêtements et les meubles.
  • Vous pouvez mettre des bonbons ou des biscuits dans les endroits où vous stockez vos cigarettes.
  • Il est efficace, surtout pour les personnes très énergiques ou nerveuses, de trouver des activités qui occupent leurs mains et leurs esprits.
  • Essayez des jeux sur votre téléphone mobile ou des mots croisés en vrac.

Un nouveau mode de vie

Vous devez changer vos habitudes quotidiennes et votre horaire pour pouvoir cesser de fumer. Par exemple, vous devriez manger à différents moments, manger des repas plus petits au lieu de grands, vous déplacer sur des choses dans votre chambre ou vos meubles, etc.

L’ exercice est toujours positif, surtout pour cesser de fumer. En plus de réduire l’anxiété et le stress, il crée un sentiment de bien-être physique et mental qui réduit le besoin de fumer.

8 raisons pour lesquelles vous devriez cesser de fumer maintenant

Nous vous disons en détail sur la façon dont le tabagisme est nocif pour différentes parties du corps. Trouvez la motivation pour arrêter de fumer dès maintenant, une fois pour toutes ! . »